Qui suis je? Parcours

Camille Mino Di Ca : c’est moi!

photo de moi
Crédit Mourad Louahab

Un parcours diversifié

image pellicule
Crédit danslemondedemissga.tumblr.com/

Mon expérience professionnelle bigarrée m’a fait exercer des métiers très différents et ainsi côtoyer des milieux professionnels et des personnes joliment diversifiés. Avant de parvenir au métier d’ écrivain-biographe à Lyon, j’ai commencé par des études de sciences humaines et communication, qui m’ont ensuite conduite à exercer dans le cinéma en tant que régisseuse, assistante de réalisation, assistante de production, photographe de plateau. J’ai même commencé à écrire à ce moment-là quelques scenarii de court-métrages.

Début d’écriture

Calligraphie
Crédit Benoit Furet, anachropsy.com

J’ai ensuite travaillé comme assistante juridique dans des cabinets d’avocats internationaux, ce qui m’a permis d’acquérir une rigueur à l’écrit, aussi bien dans la forme que dans le fond. Parallèlement, mon parcours se diversifie encore et je travaille comme photographe pour de nombreux spectacles (théâtre, danse, musique), et quelques films. Ma fibre artistique commence à me titiller sérieusement!

Désir d’ailleurs

Puis je bifurque complètement pour m’orienter vers une carrière humanitaire. Stimulée par un désir d’altruisme et un besoin de sens, et passionnée par le voyage et la découverte de nouvelles cultures, je m’engage auprès de la Croix Rouge internationale (CICR). J’ai pu mettre à profit mes qualités de synthèse et de rigueur rédactionnelle pour des tâches administratives en lien avec le statut diplomatique de l’organisation. Et je me suis ouverte à d’autres cultures, d’autres façons d’envisager la vie, le travail, le rapport à soi et aux autres.

village africain
Crédit Camille Mino Di Ca

Reprise d’études

Puis après avoir repris des études à plus de 40 ans, j’ai été diplômée (et major de promotion !) d’un master en communication, spécialisé dans la solidarité. J’ai alors approfondi les connaissances acquises en début de carrière en sciences humaines : psychologie, sociologie, linguistique, ce qui m’ouvre davantage le champ des connaissances théoriques dans ce qu’on nomme aussi les « humanités ».

Puis, j’ai fait de la recherche dans le développement durable, pour le compte de la Fondation Charles Leopold Mayer pour le Progrès de l’Homme. Cela a consolidé mes capacités de recherche, de synthèse et d’analyse, et enrichit mes capacités rédactionnelles.

L’humain au cœur de mes préoccupations

Toujours portée vers l’humain, je constate alors que mon travail de chercheuse me coupe du lien à l’autre. Ainsi en m’installant à Lyon, je m’oriente vers le social, travaillant tour à tour dans des entreprises d’insertion et des centres sociaux.

C’est en combinant un bilan de parcours, de mes compétences et de mon expérience, avec le constat de mon inclination pour le travail avec l’humain, que j’en suis arrivée à désirer profondément le métier d’écrivain publicbiographe.

J’ai ainsi trouvé ma voie dans l’écriture, dans un souci d’apporter mon aide à des personnes qui ont des difficultés à transmettre leurs idées et leurs ressentis à l’écrit.

stylo à la main
Crédit storify.com/franceculture/jecris

La diversité des métiers exercés, et les personnes de tous horizons que j’ai fréquentées m’apportent une perception profonde de la nature humaine. Ces connaissances empiriques ont été complétées par une formation de biographe à l’université de Lyon 2, basée à la fois sur la pratique et la théorie.